SIBERIA – La meilleure fausse Tv-Réalité !

Siberia, Saison 1, Tv rélaité, faké, Lost, Survivor, logo, 123Séries

Il y a des concepts qui sortent de l’ordinaire, détournant codes et mécaniques habituelles du format « série » pour mieux le réinventer. C’est le cas de SIBERIA, tournée comme une télé réalité de survie et jouée par de faux-vrais acteurs.

Pour la présenter, nous pourrions dire que c’est la rencontre d’un KOH-LANTA et d’un LOST. Créée en 2012 par Matthew Arnold, SIBERIA fut diffusé au début de l’été 2013 aux USA et peux après en France sur MCM. Le pitch de départ, aux apparences simplistes, nous a rapidement emballés et il justifie à lui seul le succès aussi bien critique que public de ce show haletant et très addictif.

Création sur fond de catastrophe

Au départ, le pari de SIBERIA était risqué. On sait que le créateur a eu du mal à vendre le concept aux chaînes de TV car jugé trop novateur. Avec un format jamais expérimenté auparavant, un casting de quasi-inconnus, un concept hybride et un programme déroutant au possible pour les téléspectateurs, les dirigeants de chaînes étaient, pour la plupart, très hésitants. Ce sera finalement NBC qui décidera relever ce pari en offrant à Matthew Arnold les moyens de réaliser un programme à la hauteur de ses ambitions.

Ainsi, l’œuvre pouvant se déployer à son rythme, on regarde le début de l’émission, similaire à une télé-réalité classique, avec les participants qui arrivent dans une contrée recluse et isolée de la Sibérie, la Tunguska, connue seulement à cause d’une catastrophe naturelle ayant eu lieu en 1908. Au début du 20ème siècle, la région fût le théâtre du plus large impact d’un débris de comète. Le débris en question était énorme (environ 190m de long pour 60m de large) et créa à son impact une explosion d’envergure colossale et dévastant une majeure partie de la foret. Aujourd’hui encore, le cratère de l’impact est encore visible.

Siberia, NBC, tunguska, cratère,

Avec ce passif aussi flippant que réel, il faut savoir que les scientifiques ont trouvé des éléments très anormaux suite à l’impact. Par exemple, des arbres ont développé des troncs entortillés ou encore on observe des animaux ayant subi des mutations mineures. Sachant cela, l’endroit se révélait être le cadre idéal pour une émission de survie teintée de fantastique.

Une narration finement ficelée

SIBERIA commence donc avec 16 participants arrivant yeux bandés en pleine nature sauvage. Ensuite, Jonathon Buckley, animateur de l’émission (et vrai animateur dans la vie) leur explique les règles du jeu. Les candidats vont devoir trouver les vestiges d’un camp de mineur datant du début du siècle et simplement survivre le plus longtemps possible sans aucune aide extérieure. De plus, les candidats avaient tous préparé un sac avec des affaires prévues pour l’aventure mais Buckley leur annonce qu’ils ne les auront pas et qu’ils n’ont que les affaires qu’ils portent sur eux.

siberia, candidats, team, survie, Buckley

Le jeu commençant à la fin de l’été sibérien, ils comprennent qu’ils ne vont avoir que quelques semaines de répit avant que le froid ne s’installe. Ensuite, si les candidats souhaitent abandonner le jeu ou s’ils sont blessés et veulent être rapatriés pour être soignés, ils n’ont qu’une solution : franchir la ligne de limitation du camp et appeler l’hélico de la prod grâce à un bouton. Après cette dernière, il n’y a aucune autre règle du jeu et celui ou celle qui restera en dernier et aura survécu le plus longtemps gagnera 500 000$.

L’aventure débute pour nos candidats qui prennent leurs marques, tachant de pourvoir à leurs besoins les plus basiques – nourriture, feu et eau. Leur excitation va rapidement être ébranlée par la mort de l’un d’entre eux dés le 1er jour. On leur annonce que les causes de son décès ne sont pas claires et que la production enquête. L’animateur explique alors aux candidats, naturellement très affectés par cette nouvelle, que c’est à eux de décider de l’éventuelle poursuite de l’émission. L’appât du gain étant plus fort que la peur, ils décident de rester.

siberia, début, bandeaux, survie, forêt

La suite, on ne la dévoilera pas mais le procédé narratif induit rapidement confusion et chaos pour le téléspectateur. De plus, on observe également des comportements anormaux chez certains, découvrant crescendo les profils des candidats et laissant entrevoir des habilités individuelles qui auront leurs importances plus tard. D’autres situations mystérieuses ne tarderont pas à se manifester, venant perturber le déroulé du jeu et ne manquant pas d’opposer les fortes têtes du groupe de survivants. En cela, SIBERIA arrive à créer une mystique autour de cette aventure, à soulever beaucoup d’interrogation. Cette mise en exergue de nombreuses incohérences établit une atmosphère confuse, troublante et confondant fiction et réalité avec une consternante facilité.

C’est sur cette formule que réside le génie de cette série. On ne sait pas et/ou plus ce qui est réel de ce qui est fictif et tout est savamment pensé à cet effet, proscrivant toute tentative d’anticipation. Les noms des personnages est vraiment celui des acteurs, le présentateur en est vraiment un, l’histoire est filmée à la façon d’un direct et la réalisation est judicieusement imparfaite pour accentuer cette perception de réalisme. Ainsi, l’aspect « réalité » étant poussé à son maximum, on a du mal à décrocher son attention de ce qui se passe et on veut toujours savoir ce qu’il va arriver ensuite.

On espère vous avoir donner envie de regarder cette série dont la 1ère saison est disponible sur Dailymotion en VOST. On ne veut rien de dire de plus car on tient à préserver votre plaisir quand vous serez happé par cette série ovni.

#Trailer VOST (court)

#Trailer VO (long)

 

0