Hannibal Saison 2 – Un succulent plat de résistance !

hannibal, saison 2, Logo, Mads mikkelsen, nbc, 123Séries

A mi-chemin de sa seconde saison, nous voulions analyser et louer la constante virtuosité de HANNIBAL. Créée et développée par Bryan FULLER pour NBC, la série s’inspire directement du roman Dragon Rouge de l’écrivain Thomas Harris, déjà adapté au cinéma par Brett RATNER.

Après une première saison hypnotique, nous attendions impatiemment la suivante, espérant que la qualité d’écriture augmente encore afin de nous immerger un peu plus profondément dans les méandres des psychés du tueur en série et de son homologue du FBI. A date, nos attentes ont été plus que largement dépassées. Ce nouveau chapitre de la fresque psychologique poinçonnée « thriller dramatique » déploie une tension et une mystique incroyablement rares.

Des ingrédients de 1er ordre

La saison introductive du show nous présentait les personnages (et leurs nombreuses facettes) et dressait les différentes relations entre les protagonistes afin d’ancrer au cœur de l’intrigue l’intimité macabre et suppliciée du célèbre cannibale. L’œuvre, mirant la préciosité d’un ensemble, est parvenue à un remarquable niveau flirtant avec l’excellence . Chaque épisode de la série est finement élaboré tel un mets de haute gastronomie et on observe le soin méticuleux apporté à tous les critères d’appréciation. Ces bons éléments sont évidemment toujours présents dans ce nouvel opus et participent d’autant plus à l’intelligence avec laquelle les intrigues narratives nous sont délivrées. Tel un exquis mille-feuille, les épisodes nous offrent une vision supplémentaire de la trame principale en se fortifiant sur les secondaires. Judicieux procédé de récit permettant d’ériger une olympienne composition nourrissant nos visionnages d’amateurs d’anti-héros.

Hannibal, JAck Crawford, FBI, laboratoire, saison 2, 123Séries

Chaque volet du programme est unique par sa conception. La réalisation trouve son inspiration auprès des muses de Fuller et en particulier avec les travaux de Hitchcock, Lynch ou encore Kubrick. On perçoit dans HANNIBAL une ineffable atmosphère néanmoins discernable à un degré quasi sensoriel. Les décors sont emprunts d’influences artistiques tantôt gothiques tantôt baroques, la lumière diaphane rayonne avec une infinie demi-teinte valorisant la noirceur et les carnations des couleurs des décors ou encore des tenues. La photographie fournit une profondeur à la mise en scène tout en prenant soin de voir chaque détails, notamment les plus morbides, participant ainsi à une harmonieuse coexistence  de la beauté et de la répugnance.

Honorons également la musique et les sonorités machiavéliques greffées à chaque épisode. Le design sonore est un élément majeur du show mais toujours habilement dilué dans les scènes macabres. Pour les passages plus psychologiques, les créateurs n’omettent jamais de les affubler d’une résonance inquiétante grâce des sons métalliques ou des percées aiguës d’instruments que l’on pourrait croire mal accordés. Le rendu sonore nous harponne littéralement aux troublantes scènes et plus particulièrement celles où notre gourmet meurtrier cuisine ses victimes avec une légèreté si jubilatoire.

Le délicieux casting vient aussi, pour sa part, renforcer l’énumération gratifiante des attributs de la série. Hugh Dancy est savoureusement tortueux dans son interprétation du profiler Will Graham, parfait antonyme du Dr Lecteur, lui-même émergeant avec une effarante pétulance sous les traits du danois Mads Mikkelsen, parvenant à passer derrière le – Ô combien brillant – Anthony Hopkins. Laurence Fishburne se confond tout aussi naturellement dans l’incarnation d’un Jack Crawford pragmatique, stratège et hautement manichéiste, alternant le rôle d’intime auprès de Lecter et de mentor auprès de Graham.

La savante imbrication de ces constituants galvanise la série telle une vertueuse mosaïque scellant irrémissiblement notre addiction.

Vers un succès durable ?

Non loin d’arriver au bout de ses 2 premières saisons, la série peut d’ores et déjà se targuer de recueillir un plébiscite public et critique. Oui mais un tel de niveau de qualité peut-il être perpétuer sur plusieurs saisons ? Nous convoitons cette réelle possibilité puisque quelques rares séries, en effet, y sont parvenues. Les créateurs se sont déjà exprimé sur leurs aspirations à long terme. Si le succès subsiste, ils entrevoient un parcours de 7 saisons maximum pour nous amener jusqu’à la fin du mythe d’HANNIBAL.

Le personnage du docteur Lecter ayant été largement traité sur grand écran (5 films dont 1 qui ne lui est pas intégralement consacré), la production du show prémédite la progression suivante : Les 3 premières saisons seront des créations originales nous amenant à l’histoire initiale de Dragon Rouge en saison 4. La 5ème sera dédiée à la trame du Silence Des Agneaux, puis la 6ème à celle du film Hannibal et enfin la 7ème sera de nouveau une création (aidée par Thomas Harris) qui nous conduira vers l’épilogue de l’histoire du plus illustre cannibale.

Hannibal, Saison 2, hopital Baltimore, Will Graham, saison 2, Anderson, Dr Du Maurier

Ces révélations certifient le fait que nous verrons le personnage de Clarice Starling, ainsi que ceux présents dans les films, pénétrer l’univers sériel pour notre plus grand régal. Il est intéressant d’envisager cette continuité notamment pour explorer plus en profondeur ce que nous connaissons déjà. La turpide relation empreinte d’amour et de fascination entre Lecter et Starling pourrait être vigoureusement jouissive à faire (re)naître dans le format série, disposant d’une dizaine de fenêtres de 45 minutes hebdomadaires. De plus, les saisons actuelles sont  idéales pour nous imprégner de l’atmosphère pesante et de l’esthétisme indécent des scènes de crime où l’on découvre les cadavres tels des toiles de grands maîtres de la renaissance italienne.

Pour notre rédaction, HANNIBAL est assurément de ces séries qui ne pourront pas vous laisser indolent. Peu importe vos goûts, votre curiosité gustative pour les séries d’exception a toutes les chances d’être rassasiée au point que vous manifesterez une gourmande célérité pour une énième récidive !

# Trailer Saison 2

0