Almost Human c’est top ou c’est flop ?

almost, human, fox, ealy, urban, futur

En Octobre dernier, on t’avait parlé en exclu de Almost Human avec J.J Abrams aux commandes sous la casquette de producteur. La série nous semblait prometteuse et après avoir eu le temps d’en regarder quelques épisodes, l’heure est venue de revenir dessus et balancer nos impressions.

Déjà, on ne va pas te mentir – les 2 premiers épisodes ne nous ont pas emballé du tout !!

La réalisation était un brin « cheap », les persos cherchaient leurs marques, les effets spéciaux semblaient être faits sur Powerpoint et les intrigues sentaient carrément le réchauffé. Comme le pitch de base nous avait plu,  on a été un peu déçu mais on sentait quand même qu’il y avait un potentiel. On a donc poussé sur quelques épisodes de plus histoire de ne pas jeter l’éponge trop vite. Et la, magie du blanc « email diamant », on a eu raison ! Alors que le moteur de cette série semblait tourner au diesel, il semble qu’après 3 ou 4 épisodes, la mécanique globale soit rodée et que les imperfections gommées laissant ainsi la qualité apparaître.

almost human, flic, cyborg, robot

Les 2 acteurs principaux, Karl Urban (John) et Michael Ealy (Dorian) ont ainsi perfectionné leur duo en mode « J’peux pas te saquer mais t’es mon pote quand même » et cela permet de bonnes joutes verbales entre les 2. En plus d’échanges virils et musclés, ça apporte aussi un peu d’humour à la série ainsi que des discussions improbables entre humains et cyborg. Pour les effets spéciaux, eux aussi ont étés revus mais pas forcément comme on pouvait le prévoir – les créateurs ont été malins et il y en a un peu moins au final mais ils sont de bien meilleurs qualités et mieux utilisés. Donc, pour une histoire qui se passe dans le futur on n’est pas non plus gavé d’effets à 2 balles mais bien sur ces effets servants d’abord l’histoire.

almost human, john, dorian, cyborg, voiture

Les producteurs et scénaristes nous ont aussi surpris en nous offrant de bons « méchants » bien charismatiques et tout ce qu’il faut de « dérangé » pour les rendre notables. Ils ont mis en face de notre duo cyberflic de beaux enfoirés, joués par de très bons acteurs venant ainsi améliorer la dimension policière de l’histoire. Et tant mieux car quand les méchants sont bons on a encore plus envie de voir de l’action pour qu’ils prennent cher. Et en prenant soin de bien travailler les personnages et les intrigues de chaque enquête, le résultat est de bien meilleure composition. Résultat – on se retrouve plus facilement happé par le rythme de l’histoire et les « climax » qui ponctuent chaque épisode. Et bien entendu, la construction des histoires est faite de telle manière que l’on en sait jamais assez et ou tout cela va nous emmener.

En conclusion, la série a vraisemblablement trouver son rythme de croisière et elle calibre de mieux mieux ses points forts pour une qualité narrative crescendo. Ce n’est pas la série du siècle non plus, restons calmes, mais elle constitue un très bon divertissement avec des épisodes plus marquants que d’autres.

Attention cependant à ce que les créateurs restent très vigilants à ne pas retomber dans le vide intersidéral ! Sur ce, To be continued…

0