Mob City : La nouveauté du papa de Walking Dead !

Mob City, TNT, mafia, gangster, darabont, LA

Il y a quelques jours débarquait sur l’antenne de la chaine TNT le nouveau bébé de Frank Darabont, créateur de la mythique série The Walking Dead. On a pu checker le pilote qui est un double épisode.

Mais avant de te dire ce que l’on en a pensé, attaquons-nous d’abord à l’histoire !

Bon, si t’es pas trop naze en anglais tu comprendras via le titre que cela va parler de mafia, vaste sujet moultes fois repris au ciné et trop peu en série TV, avec seulement quelques noms célèbres comme Les Sopranos. Pour Mob City, l’histoire commence à la période d’après guerre, en 1947, dans la cité florissante de Los Angeles. A cette époque, la ville est un lieu d’affrontements sans merci entre la Police de L.A, dirigée par William Parker, un flic stratège ultra efficace, et Mickey Cohen, puissant baron mafieux régnant sur le crime organisé.

Tiens ? Ça te dit quelque chose ça ?!! Normal, c’était le thème du film Gangster Squad avec Sean Penn, Ryan Gosling et Josh Brolin, sorti en 2013.

Dans ce nouveau show, on te raconte l’histoire du combat mafieux vs flics mais en se concentrant sur ceux qui se trouvent dans l’entre deux. Et oui, car c’est bien à ces persos là que le show s’intéresse, ceux qui ont clairement le cul entre 2 chaises. Le perso principal, le Sergent Joe Teague, incarné par Jon Bernthal (qui jouait Shane dans The Walking Dead) fait d’ailleurs un speech en voix off au début de l’épisode pour le préciser, se plaçant lui même dans cette zone qu’il appelle celle des « chapeaux gris » (vs les chapeaux blancs -les flics- et les chapeaux noirs – les gangsters).

Mob City, TNT, Flics, Mafia, Darbont

Alors, c’est quoi ces « chapeaux gris » comme il les appelle ? C’est être ni gentil, ni méchant ? C’est être neutre ? En fait oui et non. Dans la narration, le personnage de Joe Teague se place lui même en exemple, car il peut buter un type pour le compte de la mafia et arrêter un gangster le lendemain pour l’interroger à gros coups de pression. Bref, tous les choix qu’il fera seront en mi-teinte et te plongera ainsi ces au cœur de ces zones « grisées », plus intéressantes et plus vastes que les autres, plus tranchées.

Maintenant, notre verdict : Votre honneur, y’a encore du boulot !! La série n’est pas mauvaise du tout à proprement parlé mais ce pilote ne nous a pas scotché les rétines non plus 🙁

Cependant, parlons des bonnes choses – Tout d’abord le casting qui est juste ouf avec des pointures de l’univers séries comme Milo Ventimiglia (Heroes), Robert Knepper (Heroes, Prison Break) Simon Pegg (Saga Star Trek) Edward Burns (Entourage) Jon Bernthal (Walking Dead) ou encore Neal McDonough (Band Of Brothers, Desperate Housewives) donc pas besoin d’en rajouter – Y’a du lourd et ils sont au top sauf peut-être Bernthal que l’on trouvait bien meilleur avec les zombies.

Afia, Cohen, TNT, Mob City, Mafia        Mob City, Mafia, Flics, Darabont, TNT

Ensuite, la réalisation est incroyable, déjà pour la reconstitution des décors du LA des années 40-50 où l’on pourrait presque se croire dans un Mad Men car les mecs sont gominés, en costards saillants, et fument clope sur clope sans oublier de s’envoyer du scotch. Les pépés sont assez belles aussi mais peu présentes pour le moment. Quelques détails nous laissent croire que cela changera par la suite.

Ensuite, pourquoi ne se sommes nous pas catégoriques ?Le rythme est lent, presque trop et la série voulant s’inspirer des ambiances des LA Noire et autre LA Confidential, le palpitant n’y est pas. On a des discussions à rallonge (à la Tarantino) sauf qu’elles ne sont pas toutes ultra passionnantes. Par contre, les scènes d’action envoient pas mal et l’intrigue, certes lente, se dévoile assez sur ce double épisode pour attiser notre intérêt.

De plus, le détail à prendre en compte est le réalisateur lui-même et plus particulièrement sa façon de travailler. Rappelle-toi les 1ers épisodes de The Walking Dead. On était très loin du rythme aujourd’hui installé dans la 4ème saison. La 1ère était est la plus lente de toutes car elle avait pris e temps d’installer les personnages, leurs psychologies, leur manière d’interagir entre eux et aussi une pseudo hiérarchie en termes d’importance pour leur contribution à l’histoire. Il y a fort à parier, s’agissant du même bonhomme, que la démarche sera la même pour MOB CITY.

Ainsi, la suite de la série devrait s’intensifier et (espérons-le) deviendra un rdv que ne manquerons sous aucun prétexte.

Enfin, on te gâte quand même avec le trailer exclusif de cette 1ère saison qui, à date, doit s’étendre sur 6 épisodes d’1H chacun environ !

0